Les biocides sont classés conformément à l'ordonnance européenne sur les biocides n° 528/2012 et se distinguent des produits phytopharmaceutiques par définition uniquement par leur "intention d'utilisation". Alors que les pesticides sont utilisés en agriculture pour lutter contre les ravageurs indésirables afin d'améliorer les rendements, les biocides sont utilisés pour protéger les matériaux. Les biocides et les produits phytopharmaceutiques sont regroupés sous le terme pesticides et peuvent être les mêmes substances sur une base chimique.
Les biocides sont utilisés pour protéger les matériaux de construction à l'intérieur et à l'extérieur ou pour "protéger" les personnes, par exemple dans les produits anti-moustiques ou les désinfectants.
Les biocides doivent entrer en contact direct avec des organismes nuisibles potentiels afin de développer leurs effets. Afin d'assurer une protection permanente, les biocides doivent être disponibles en permanence sur la surface des façades des maisons. Au fur et à mesure du vieillissement des façade, ils peuvent être dissous à partir de la couche protectrice dans laquelle ils étaient liés, ce qui provoque une remobilisation lors du lessivage des façades (par la pluie ou le nettoyage), qui peut conduire à un rejet dans l'environnement.
Sur la base de mesures, des études scientifiques montrent que les biocides se retrouvent dans les stations d'épuration des eaux usées après lessivage. Selon l'Agence fédérale de l'environnement (Allemagne, Umweltbundesamt), des résidus de biocides ont même été trouvés dans des vers de terre sur des champs fertilisés avec des boues d'épuration contaminées par des biocides. Des résidus de biocides ont également été trouvés dans les poissons vivant dans les eaux drainées par les stations d'épuration des eaux usées. Selon l'Agence fédérale de l'environnement (Allemagne, Umweltbundesamt), il y avait environ 43 000 produits biocides disponibles sur le marché début 2017.
Avec autant de biocides sur le marché, il existe aussi de nombreuses voies d’entrée dans les eaux souterraines et les eaux de surface. Quelques exemples de voies de transport sont présentés ci-dessous :
  • Tout d'abord, tous les biocides qui n'adhèrent pas durablement aux matériaux peuvent pénétrer dans l'environnement. Les voies de dissipation principales sont l'évaporation ou le lessivage par l'eau de pluie.
  • Les biocides lessivés peuvent pénétrer dans le sol, les eaux de surface ou les eaux souterraines. Dans les villes, ils sont rejetés en général dans le réseau d'eaux usées.
  • Dans le cas d'un réseau d’eaux usées unitaire, les entrées se font aux niveaux des caniveaux et avaloirs et les biocides sont acheminées vers la station d'épuration. Dans le cas de réseaux séparatifs, l'eau de pluie ruisselée (même si elle peut être contaminée par un biocide) est envoyée directement vers les eaux du milieu récepteur. Selon Selon l'Agence fédérale de l'environnement (Allemagne, Umweltbundesamt), cela s'applique à environ 40 % des réseaux d’eaux usées en Allemagne.
  • Dans les réseaux unitaires, tous les biocides qui ne sont pas retenus par des processus de dégradation biologique/chimique ou par sorption (surtout dans les sédiments ou les boues d'épuration) sont rejetés dans les eaux de surface ou souterraines, via les effluents de la station d'épuration.
  • Aujourd'hui, l'infiltration décentralisée des eaux pluviales est de plus en plus considérée comme une solution hydrauliquement viable pour l'infiltration des eaux pluviales, bien que des biocides puissent potentiellement être présents dans les eaux infiltrées. L’infiltration de ces eaux peut constituer une voie d'accès rapides aux aquifères particulièrement problématique.
  • En cas de réseaux unitaires, si les boues d'épuration sont utilisées comme engrais, les processus répétés de lixiviation et d'érosion de ces boues peuvent provoquer un relargage des biocides présents dans ces boues et constituer une voie d'entrée dans l'environnement.
Comme les compartiments « sol », « eaux souterraines » et « « eaux de surface sont en interaction permanente, les biocides sont ainsi mesurés de plus en plus fréquemment. Bien que les concentrations soient généralement faibles (de l’ordre du nano gramme par litre), les biocides peuvent présenter un effet cocktail renforçant leur toxicité. En outre, les produits de transformation, c'est-à-dire les produits issus d’une dégradation incomplète des biocides, sont souvent peu connu. Des toxicités plus élevées ont déjà été observées dans des produits de transformation individuels que dans les substances mères.

Empreinte | Politique de confidentialité